Besoin de savoir à propos de la location saisonnière sur Paris ?

Pas évident, je te comprends.

A mes débuts, je me suis aussi posé cette question.

Pas de panique, dans cet épisode, je vais éclaircir tout ça.

Voici quelques-unes des choses intéressantes que tu vas découvrir dans cet épisode :

  • le fonctionnement du business de Timothée et Arnaud
  • comment ont-ils  fait pour automatiser ses affaires ?
  • des astuces à propos de la location saisonnière sur Paris

Regarde donc cet épisode et découvre tout ce qu’il faut savoir sur ce sujet.

Transcript de la vidéo

MATHIEU : Salut, c’est Mathieu, on se retrouve dans la série J’irai louer chez vous.

MATHIEU : Aujourd’hui je me retrouve avec…

TIMOTHÉE : Timothée.

ARNAUD : Arnaud.

MATHIEU : Et Arnaud, qui sont… qui gèrent plusieurs biens sur Paris.

MATHIEU : Ils ont une super histoire à nous raconter puisqu’ils ont plein d’appartements et ils ont automatisé tout cela, donc on y va c’est parti!

MATHIEU : Ok donc je me retrouve avec Timothée et Arnaud.

MATHIEU : Salut !

ARNAUD : Salut !

TIMOTHÉE : Ça va ?

MATHIEU : Justement pour ceux qui ne vous connaissent pas, est-ce que vous pouvez vous présenter et… tout simplement ?

TIMOTHÉE : D’accord.

TIMOTHÉE : Donc moi c’est Timothée et j’ai 28 ans.

TIMOTHÉE : Donc j’habite à Paris depuis 2010.

TIMOTHÉE : Et j’ai rencontré Arnaud cette année en…

TIMOTHÉE : on va dire en 2016, on a décidé de monter un projet ensemble.

ARNAUD : Voilà, on est des potes de promo.

ARNAUD : Moi je suis gestionnaire d’entreprises depuis plusieurs années.

ARNAUD : Et puis avec Timothée on a décidé de monter ce business-là en ayant discuté ensemble.

MATHIEU : OK. Justement par rapport à ce business, c’est un business de gestion d’appartement ?

TIMOTHÉE : Exactement !

TIMOTHÉE : Donc en fait, à l’origine, j’ai géré un appartement à titre personnel, en région parisienne, et j’ai constaté que cela fonctionnait très bien.

TIMOTHÉE : Donc pour la petite histoire on a fait la même école de commerce avec Arnaud et je lui ai présenté mon projet.

TIMOTHÉE : On a discuté pendant de longs mois et on a décidé à la fin de notre cursus scolaire de mettre, on va dire en exécution ce projet et de le faire de façon

ARNAUD : Professionnelle et commerciale voilà.

MATHIEU : Ok. Puisque donc là, à l’heure actuelle vous gérez combien d’appartements en fait là ?

ARNAUD : Là actuellement on a une… on en a 15.

MATHIEU : Vous en gérez 15…

ARNAUD : 15 appartements.

MATHIEU : 15 appartements et vous avez commencé il y a ?

ARNAUD : Il y a quatre cinq mois commercialement.

TIMOTHÉE : Début 2017.

MATHIEU : Cela n’est pas très long quoi.

ARNAUD : Voilà.

ARNAUD : A terme, on aimerait bien en fin d’année en avoir une cinquantaine voilà.

ARNAUD : Je pense que c’est un projet qui est dans nos cordes.

MATHIEU : Mais justement par rapport à la gestion de ces 15 appartements, qu’est-ce qui a été difficile en fait ?

MATHIEU : Parce que moi je sais que par exemple avec un ou deux c’est déjà difficile, alors une quinzaine, je ne veux même pas imaginer à quoi cela doit être.

ARNAUD: En fait c’est surtout, tu te retrouves avec l’habit, tu vois, du bricoleur, donc tu vas chercher tes montagnes, tu les montes etc.

ARNAUD: Mais au préalable déjà il faut trouver les appartements.

ARNAUD : Donc t’as aussi l’habit de l’agent immobilier donc t’as vraiment tous les rôles.

ARNAUD : Et cela au départ, c’est assez compliqué.

TIMOTHÉE : C’est cela, donc on passe parfois nos weekends sur des chantiers, à découvrir les appartements, à ce que les appartements soient en exploitation, à répondre aux différentes demandes des clients.

TIMOTHÉE : Et donc il y a certaines tâches qui sont chronophages.

TIMOTHÉE : Et on a cherché des solutions pour se libérer plus de temps à se concentrer vraiment sur le cœur du métier.

TIMOTHÉE : C’est-à-dire le développement de l’entreprise et l’acquisition de nouveaux appartements.

MATHIEU : Mais là par exemple, c’était… en termes de tâches chronophages, qu’est-ce qui était chronophage dans la gestion des 15 appartements, concrètement ?

MATHIEU : Qu’est-ce qui vous prenait beaucoup de temps en fait ?

TIMOTHÉE : Par exemple, on travaille avec une prestataire de ménage donc moi chaque semaine je dois envoyer manuellement le planning à mon prestataire.

TIMOTHÉE : Donc également, pour les entrées et sorties de locataires, donc chaque soir je me tape l’envoi de document.

TIMOTHÉE : Comme nos appartements sont automatisés, donc c’est-à-dire que l’entrée et la sortie se fait de façon autonome.

TIMOTHÉE : Donc moi tous les soirs, j’envoie

ARNAUD : On n’a pas de patience physique.

MATHIEU : C’est cela.

TIMOTHÉE : Donc tous les soirs j’envoie un document explicatif au client du lendemain pour leur expliquer comment accéder à l’appartement, où trouver les clés.

TIMOTHÉE : Et donc je peux passer en moyenne une heure tous les soirs à le faire.

TIMOTHÉE : Donc en rentrant du boulot on n’a pas vraiment envie de se taper cela.

ARNAUD : Donc c’est pour cela que tu nous apportes les solutions à ces problématiques qu’on rencontre, via tes solutions d’automatisation.

MATHIEU : Donc là justement, donc là je comprends que cela… c’était chronophage dans le sens où c’était répétitif, où chaque soir t’allais devant ton ordi, tu regardais la liste des résas.

MATHIEU : Pour tel appartement je prends tel fichier, j’ouvre tel email, je tape l’email, je l’envoie, je prends l’autre locataire.

MATHIEU : Et cela pour… encore pour un appartement cela peut se comprendre quand on a 15, cela devient vite chronophage je crois.

TIMOTHÉE : Ok. C’est cela, c’est tout à fait cela.

TIMOTHÉE : Et madame commence à faire la gueule aussi parce que en rentrant le soir, c’est tout à fait normal, on a aussi besoin de passer du temps avec sa famille.

TIMOTHÉE : Donc si on rentre le soir et on doit encore faire ses tâches, on va dire ingrates

TIMOTHÉE : Donc je pense que grâce à toi, cela nous permet de se libérer de ces tâches quoi.

MATHIEU : Oui. Parce que justement en fait c’est, parce qu’à la base vous avez fait cela pour gagner un peu plus de liberté, je pense.

MATHIEU : Mais au final en fait tu te retrouves à être dans ton business plutôt qu’être sur ton business en fait.

TIMOTHÉE : C’est cela.

ARNAUD : Exactement.

MATHIEU : Est-ce qu’il y avait d’autres tâches qui étaient chronophages en fait ?

MATHIEU : Par exemple par rapport au paiement ?

TIMOTHÉE: Les factures ?

ARNAUD : Non, les factures, mais rarement.

ARNAUD : Par contre les paiements au départ on devait les rentrer manuellement, dans une application Stripe.

ARNAUD : Et tu nous as permis justement de les automatiser.

ARNAUD : Donc là on n’a plus qu’à recevoir les validations d’encaissement, ou pas.

MATHIEU : C’est-à-dire qu’à chaque résa, comment cela se passait en fait ?

MATHIEU : Tu recevais la résa et ensuite ?

ARNAUD : On recevait la résa de Booking, voilà, avec tous les détails comme on avait sur le S24 .

ARNAUD : On devait rentrer nous-même les détails dans Stripe, pour valider le paiement ou pas.

ARNAUD : Et via ton automatisation maintenant on n’a plus rien à faire et on encaisse le paiement ou pas.

ARNAUD : C’est vraiment beaucoup plus facile.

MATHIEU : S’il y avait un paiement qui était K.O, du coup tu devais prévenir le client, enfin prévenir Booking etc.

ARNAUD : Voilà. Exactement.

MATHIEU : Sur 15 appartements, cela commence à…

ARNAUD : Oui, il faut multiplier par le nombre de réservations, cela en fait beaucoup, donc…

MATHIEU : Et cela, tu m’as dit justement que…

MATHIEU : vous avez remarqué que qu’il n’y avait pas beaucoup de monde qui te faisait en fait…

MATHIEU : Enfin avec d’autres gestionnaires, tu étais surpris en fait.

MATHIEU : Tu m’as dit que…

ARNAUD : On a fait une résa… une réunion Booking avec d’autres concurrents justement.

ARNAUD : On leur a expliqué un petit peu cette méthode d’encaissement et ils étaient assez surpris parce que eux ils étaient encore soit sur l’ancien modèle à encaisser directement via Booking, ou alors sur un autre modèle, je ne sais même pas…

TIMOTHÉE : Où il rentre entre manuellement les…

MATHIEU : coordonnées bancaires.

ARNAUD : Coordonnées bancaires.

TIMOTHÉE : Donc cela nous a étonnés, on n’a fait des grands yeux, on disait.

TIMOTHÉE : Et bien cela se fait toujours.

ARNAUD : C’est archaïque, mais cela existe vraiment.

TIMOTHÉE : Donc je pense que cela… on a fait du bien à ces personnages de te connaitre.

MATHIEU : Mais du coup, donc là les appartements ils sont self-check-in ou ils sont… ?

MATHIEU : Il y a une personne qui fait le check-in ?

MATHIEU : Comment cela se passe en fait ?

TIMOTHÉE : Ils sont 100%…

MATHIEU : 100% automatisés.

TIMOTHÉE : Automatisés.

ARNAUD : Automatisés, autonomes, oui.

ARNAUD : On a des boitiers devant les appartements, avec des codes.

ARNAUD : Ils sont forcément sur le boitier pour sécuriser l’accès aux clés.

ARNAUD : Les codes qu’on donne aux clients à la veille de leur arrivée pour qu’ils puissent accéder en toute autonomie et sécurité à leur appartement.

MATHIEU : Cela veut dire que, moi je suis un client, on m’envoie un email automatiquement comme cela, je reçois dans un pdf le…

TIMOTHÉE : La démarche à suivre.

MATHIEU : La démarche à suivre.

MATHIEU : Et puis ensuite j’ai juste à me rendre dans le logement et puis…

MATHIEU : Tout cela c’est automatisé ?

ARNAUD : Voilà.

MATHIEU : Et c’est un truc que vous avez mis en place…

TIMOTHÉE : Oui, clairement pour gagner du temps parce que c’est difficilement imaginable d’être présents à chaque entrée, à chaque sortie.

ARNAUD : Sur 15 appartements, à deux, ouais, ce n’est pas faisable.

TIMOTHÉE : Et déléguer quelqu’un pour le faire, c’est… c’est couteux.

TIMOTHÉE : Donc la meilleure alternative c’est l’automatisation.

MATHIEU : Du coup, cela a dû booster votre productivité le fait qu’il n’y ait pas forcément à payer quelqu’un pour le check-in en fait.

TIMOTHÉE : C’est cela, clairement.

ARNAUD : C’est des frais en moins ouais. Parce qu’aussi, il y a un côté aussi contrainte pour le client, on a remarqué, on a eu des retours sur Booking, de clients, qui nous disaient qu’ils étaient satisfaits de pouvoir rentrer à toute heure dans leur logement sans déranger quiconque.

ARNAUD : Donc ils sont aussi autonomes et cela leur plait.

MATHIEU : Ouais. Le fait qu’ils soient plus libres et puis il rentre.

ARNAUD : Voilà.

ARNAUD : Ils sont comme chez eux.

ARNAUD : Ils ont des clés et ils rentrent quand ils veulent.

ARNAUD : C’est ce côté-là où on s’est dit « On se met à la place du client, on aimerait bien rentrer chez nous sans avoir la contrainte de prévenir quiconque. »

ARNAUD : Et cela leur plait et nous cela nous plait.

MATHIEU : OK. Et du coup, maintenant, après avoir mis en place ces automatisations, par rapport à avant, comment est-ce que vous sentez ?

MATHIEU : qu’est-ce que cela vous apporte au quotidien en fait ?

TIMOTHÉE : Bien, plus de liberté, plus de tranquillité d’esprit.

TIMOTHÉE : Et cela nous permet surtout de se concentrer sur notre objectif qui est d’atteindre une cinquantaine d’appartements d’ici la fin de l’année.

TIMOTHÉE : Et sans cela on n’aurait pas pu, clairement.

TIMOTHÉE : Parce que…

ARNAUD : Parce qu’on aurait travaillé dans notre business et pas autour.

ARNAUD : Et nous, ce qu’on veut vraiment c’est travailler autour du développement et pas travailler dans les contraintes du quotidien à l’intérieur du business.

MATHIEU : On voit qu’il y a…

MATHIEU : Ils se sont bougés, ils ont eu des résultats.

MATHIEU : Franchement, félicitations à vous deux.

TIMOTHÉE : Merci.

ARNAUD : Merci.

ARNAUD : Sympa.

MATHIEU : Je suis impressionné aussi de voir 15 appartements en quelques mois comme cela.

MATHIEU : Cela va augmenter 50 en cible, franchement chapeau.

MATHIEU : Et en full automatisé en plus.

MATHIEU : Félicitations à vous !

MATHIEU : Et le dernier mot, il est pour vous, qu’est-ce que vous conseillerez à une personne qui veut se lancer dans la gestion de l’appartement comme cela ?

MATHIEU : Qu’est-ce que… le premier conseil, celui que vous aurez aimé chacun recevoir en commençant ?

TIMOTHÉE : Moi je dirais qu’il ne faut pas avoir peur de transpirer au départ.

TIMOTHÉE : Puisque cela demande beaucoup de travail, beaucoup d’investissements et de sacrifices.

TIMOTHÉE : Mais après lorsqu’on voit les résultats, c’est motivant, et il y a des techniques qui permettent de, justement de se libérer du temps, et à la fin cela coule tout seul. C’est que du plus.

MATHIEU : Toi de ton côté, Arnaud, tu es…

ARNAUD : Ouais, ne pas hésiter à vous lancer, vous êtes vos seuls, vos propres limites vous-mêmes.

ARNAUD : Donc lancez-vous. Allez au bout de vos idées et de vos envies.

ARNAUD : Et puis mettez-vous surtout à la place du client, les attentes qu’il veut.

ARNAUD : Nous on avait vraiment insisté sur le côté autonome pour qu’ils soient… qu’ils aient un accès comme chez eux.

ARNAUD : Mais surtout, lancez-vous et écoutez vos envies au fond de vous.

ARNAUD : C’est plus important.

MATHIEU : Donc sur ces bonnes paroles, passez à l’action, lancez-vous.

MATHIEU : On se retrouve à une prochaine sur superhote.fr.

J’IRAI LOUER CHEZ VOUS – PARIS
Notez cet article

Posez moi votre question

Share This