Besoin de savoir à propos de la location saisonnière sur Albi ?

Pas évident, je te comprends.

A mes débuts, je me suis aussi posé cette question.

Pas de panique, dans cet épisode, je vais éclaircir tout ça.

Voici quelques-unes des choses intéressantes que tu vas découvrir dans cet épisode :

  • Leur histoire et les erreurs qu’ils ont faites lorsqu’ils se sont lancés dans la location courte durée
  • Ce qu’on a mis en place ensemble pour leur permettre d’automatiser à 100% leurs locations
  • Les trucs et astuces pour avoir un maximum de commentaires positifs

Regarde donc cet épisode et découvre tout ce qu’il faut savoir sur ce sujet.

Transcript de la vidéo

Salut c’est Mathieu, on se retrouve dans un J’irai louer chez vous à Albi, et je suis avec Slim.

Slim qui fait de la location courte durée, donc là on est à Albi.

Est-ce que tu peux nous présenter un peu la ville Slim.

Écoute, on est dans un lieu assez historique dans la mesure où aujourd’hui on est classé patrimoine historique à l’UNESCO.

L’Albi se développe d’un point de vue touristique et écoute il fait bon de vivre à Albi, en tout cas une petite ville sympathique.

OK, tu es investisseur, tu as investi ici.

Mais oui.

Et on va aller vers ton appartement, on y va.

Oui.

Par rapport à l’appartement, déjà est-ce que tu peux nous en dire un peu plus sur le projet, comment ça s’est passé ?

Moi, dans la mesure où je suis entrepreneur depuis maintenant un peu moins de 10 ans, il nous manquait effectivement dans notre filiale une société immobilière.

Et je me suis engagé avec mon associé, mon ami Fred tout simplement de concrétiser ce projet.

J’ai écouté tes conseils parce qu’entre-temps je t’ai croisé sur ma route et puis j’étais un petit peu fasciné et enchanté de ce que tu faisais.

Donc je me suis dit tiens ça y est j’ai trouvé ce qu’il me fallait.

Et du coup on a mis en place les choses.

Un investisseur cherche bien, j’ai cherché bien.

J’ai cherché un financement et puis les choses se concrétisent petit à petit.

Ce n’est pas facile tous les jours certes, mais en tout cas on y est arrivé.

OK, on va continuer à marcher en direction de l’appartement, on y va c’est parti.

On se retrouve devant l’appartement, on va suivre…

Allez, je vous invite.

Après, j’étais venu avant aussi parce qu’on avait bossé ensemble un peu en avant du projet, c’était le chantier comme on dit.

Oui, complètement, c’était franchement le chantier.

C’est toujours pareil pour un investisseur entre le fait de se dire voilà c’est ce bien qu’il me faut, on le pète, on le casse, on le met en vrac.

Et de toute façon vous verrez les photos, le avant après, et puis après au bout de quelques mois, les choses se concrétisent, ça devient de plus en plus sympathique et puis ça donne ça.

Est-ce que tu peux nous présenter l’appartement.

Oui, mais rapidement comme tu peux le voir on a agencé cette pièce-là comme une pièce de vie, le salon, avec téléviseur, un petit coin de lecture sur un petit 20 m² ici.

A côté, on rentre dans la partie restauration, cuisine toute équipée, le classique.

C’est le minimum qu’on puisse avoir en tout cas dans une location dédiée à la courte durée.

Vous avez un petit cellier.

Alors ce qui est sympa c’est que j’ai un petit cellier où je peux y mettre tout ce qui est lave-linge, sèche-linge, tout ce qui est produits ménagers.

Petit espace à ne pas négliger.

Après, le petit endroit sympathique, il se trouve ici.

C’est la petite chambre qui n’est pas forcément si petite, mais qui est tout simplement bien aménagé avec une penderie Là ce qui se passe c’est que là tu ressors juste d’un pressing et du coup là on était en train de bosser un peu sur tes locations aussi pour continuer.

Tout à fait.

Là l’appartement est sens dessus dessous, je ne sais pas si on dit comme ça.

Oui, si comme ça.

Après, on a fait le minimum pour que ce soit un minimum présentable.

Mais effectivement je sors d’un check-out.

Je sors d’un check-out que j’ai fait à 7h du matin en fait, avec des personnes qui étaient super enchantées, surtout surprises de voir un tel appart.

Alors, je ne dis pas ça parce que c’est le mien, mais je suis surpris déjà quand on me dit félicitations, bravo, c’est un super appart.

J’en suis un peu étonné, mais ça fait toujours plaisir quand on se lance.

On a lancé quand ? Mercredi ? Mercredi soir ?

Le lendemain j’avais déjà mon premier check-in, le surlendemain aussi.

Donc, c’était panique générale, mais on s’en est sorti.

Mais ça fait vraiment plaisir, voilà.

Est-ce que tu peux nous dire pourquoi là tu fais exprès encore de faire les check-in, les check-out, encore sur place ?

Alors, effectivement je précise ça, j’ai décidé de le faire “à l’ancienne” parce que je veux m’imprégner moi-même de la réalité entre ce que ressentent les voyageurs et ce qu’il y a sur le terrain.

Je suis un ancien directeur de magasin, j’aime bien les procédures, d’ailleurs c’est pour ça que j’apprécie un petit peu SuperHote et le fait de travailler avec Mathieu, parce qu’il y a des procédures il y a des checklists.

Et comme ça je pourrais mettre en place tout simplement ma checklist vis-à-vis de mon futur prestataire de conciergerie entre autres.

Et de telle manière à ce qu’on puisse tout simplement se mettre d’accord sur ce qui doit être fait, mais vraiment à la virgule et au point près.

J’y tiens parce que je tiens compte de tous les retours de voyageurs.

Et en fonction de ça, je fais ma checklist, et en fonction de ça quand je serais prêt, d’ici un mois ou deux, je pourrais déléguer tout simplement et automatiser à 100% mon bien.

Voilà la raison pour laquelle je souhaitais effectivement d’aller à en one shot Mais en tout cas c’est très intéressant.

Franchement, je vous le conseille, en tout cas au début de le faire parce qu’on a vraiment un retour très objectif des voyageurs.

Il y a des critiques, il faut bien les prendre et s’améliorer au fur et à mesure qu’on évolue.

Excellent, là ce qu’on va faire c’est que tu vas nous en dire un peu plus sur ton histoire, parce que je pense qu’il y a des choses à dire.

Mon histoire depuis le début ? On va s’installer sur le canapé, on y va c’est parti.

OK Slim, est-ce que tu peux te présenter un peu plus sur ton histoire, le parcours.

Déjà pourquoi est-ce que tu t’es lancé dans ce projet de location courte durée ?

Très rapidement, je me suis lancé dans cette belle aventure tout simplement parce que déjà à la base je ne vais pas dire que je suis un passionné de l’immobilier, mais c’est vrai que dans notre quête d’indépendance financière il nous manquait cela avec mon ami Fred, dans cette aventure parce que je ne suis pas tout seul, dans notre filiale, dans notre ligne, il nous manquait effectivement une société immobilière.

Donc du coup, on s’est dit dans la mesure où il nous manque cette société, on va en créer une, et la question c’était dans quoi.

Est-ce qu’on fait de la coloc ? Est-ce qu’on fait du standard ? Est-ce qu’on fait de la sous-loc ? Qu’est-ce qu’ont fait ? Enfin bon, il y a vraiment de tout.

Et entre-temps comme je participe à des séminaires, où plutôt je fais partie de groupe d’investisseurs immobiliers dans la région Toulousaine.

J’ai assisté à quelque séminaire bien évidemment parce qu’on s’acculture pour voir ce qui se fait de bien, de mieux et c’est là où je t’ai rencontré.

Et où les problèmes ont commencé.

Ah non, c’est pas là où les problèmes ont commencé, c’était génial.

Ce n’est pas les problèmes, vraiment il y avait du gros potentiel.

Et j’étais fasciné par ce que tu faisais, et je me dis Waouh, c’est ça qu’il me faut.

Et entre autres, ça on en avait déjà discuté, j’avais trouvé Mathieu, en tout cas dans sa présentation c’était assez sympa, mais il manquait un petit truc.

Et je l’interpellais et je lui dis écoute Mathieu je pense que tu as la possibilité, tu as le potentiel de convertir beaucoup plus avec les outils que tu mets à disposition de tes clients.

Et là, je lui ai serré la paluche et tout a commencé là, la connexion s’est faite et c’est Mathieu que j’ai choisi.

J’ai acheté, j’ai investi plutôt dans ta formation et ça m’a retourné la tête littéralement.

Même jusqu’à maintenant parce que c’est ça qu’il faut comprendre, il y a la théorie et après il y a la pratique.

Et c’est ça qui est top, c’est que ce n’est pas pareil, ça n’a rien à avoir, c’est encore plus puissant quand vous le vivez, voilà.

Et là, par rapport à l’appartement, est-ce que tu peux nous dire là il est sur Albi, comment ça s’est passé pour la recherche, le financement, parce que je sais que ça a été vraiment l’aventure.

Franchement, c’était la croix et la bannière, honnêtement j’ai fait appel parce que je n’avais pas le temps, avec mon ami Fred on a beaucoup d’activités.

Et en tant qu’entrepreneur, il ne faut pas trop se disperser, il faut garder un focus, une vision bien stricte, du coup, il a fallu s’organiser.

Du coup, je me suis dit allez, je fais mon plan, ma stratégie.

J’ai mis une matinée entière pour vous dire comment j’allais faire pour pouvoir tout simplement prospecter, trouver mon premier appart, et au fur et à mesure, dérouler.

Alors, effectivement, je cherche mon premier appart, j’en trouve un, pas ici, un qui était situé en plein centre-ville, au pied de l’hôtel Ibis, parce qu’on a un hôtel.

Je me suis dit c’était idéal, c’était en tout cas au dernier étage sous une toiture mansardé avec des vilux, pas de fenêtre, mais bon soit, et ça a capoté.

Et je vous assure, il n’y a pas de hasard dans la vie.

Ca m’a amené à ce bien-là où il y a une vue waouh.

Moi, en tout cas je trouve que la vue est géniale et j’ai dit c’est celui-ci qu’il me faut.

Et là j’ai commencé à négocier.

Je ne vais pas forcément le dire en public, mais j’ai bien négocié le prix parce que souvent on le dit la rentabilité déjà se fait à l’achat.

Donc, j’ai très bien en tout cas négocié le prix, j’en suis assez content.

Et en signe de compromis, je vous la fais très courte, et me voilà en train de chercher un financement auprès des systèmes bancaires.

J’ai fait appel à une courtière, ça a capoté, deux courtières, ça a capoté, et c’est là où j’ai décidé on est mieux servi que par soi-même, et j’y suis allé tout seul.

Et c’est là où j’ai fait 30 banques à peu près.

30, ce n’est pas 1, 2, ce n’est pas 5 ou 10 ou 20, c’est 30.

C’est 30, pourquoi ? Parce que ma situation a vraiment été atypique, Quelque part personne n’en voulait, personne ne croyait au projet.

D’autant plus que pour la petite histoire ce n’est pas en nom propre que je le fais c’est en société direct.

Et c’est là où les débords ont commencé parce que ma situation, pour faire clair et précis, pour les banques j’étais un danger public.

Et j’ai pu reporter 2 à 3 fois mon compromis, ça aussi ce n’était pas une mince affaire.

Donc, j’ai eu un vendeur très compréhensif, et il a cru en moi et il a eu raison parce qu’à la fin j’ai décroché, j’ai enfin trouvé une banque qui m’a octroyé ce prêt et ironie du sort, je vous le dis assez souvent avec ironie, mais assez satisfait, cette banque-là m’avait au départ radicalement rayé, j’étais blacklisté sur cette banque-là qui n’était autre que ma banque.

Je vais taire le nom.

Mais cette même banque à la fin m’a accepté.

C’est-à-dire que tu étais allé les voir et ils t’avaient dit non et après tu as refaçonné ton projet avec les bonnes personnes, ensuite ils t’ont dit oui c’est ça.

J’ai croisé sur ma route un autre courtier.

Alors, on se connaissait à l’époque, mais il n’y a pas de hasard dans la vie c’est ça qui est génial, il faut toujours croire jusqu’au bout à vos projets, et tant qu’on vous dit non, c’est pas possible, franchement tenez ferme.

Franchement, il faut vraiment tenir parce que je pouvais abandonner 40 fois si je n’avais pas eu le bon mindset, le bon mental.

Maintenant, je me suis accroché jusqu’à ce que je croise la route de Cédric.

Cédric Albouy, un courtier qui était un ancien conseiller pro à la Caisse d’Epargne que j’avais vu 5 ans en arrière.

Et il s’est mis à son compte avec une franchise, Finance-conseil pour les citer, et du coup il a pris en charge mon dossier et puis il a refaçonné comme tu dis, il a retransformé en langage un peu plus bancaire, et bizarrement du gars blacklisté, j’étais un gars qu’on pouvait éventuellement financer.

Et voilà, l’aventure a commencé, les travaux ont commencé, ça a duré 2 mois, alors là je ne te raconte pas l’histoire entre les artisans, des super artisans franchement.

Je te laisse le soin de pouvoir donner leurs coordonnées.

Ce sont des gars spécialisés dans la reno, ils savent tout faire, ils sont géniaux.

Et c’est ce que je voulais, je ne voulais pas forcément avoir plusieurs corps de métier, j’ai dit j’en voulais deux maximum.

Mais je ne me suis pas trompé, même si les délais, il fallait bien compenser avec leur business aussi, donc on a tiré un petit peu les délais.

Mais bon, peu importe, ça a duré un peu longtemps pour moi, mais ça a donné ce résultat, et je suis super content, ça marche ca a envoyé les watts parce que comme je l’ai dit tout à l’heure.

Et comment ça s’est passé justement ? Quelles étaient tes craintes ou tes appréhensions ? C’était la première fois que tu faisais ça.

Oui, c’était la première fois.

Et puis quand vous achetez votre premier bien, instinctivement vous faites en sorte de dire je vais casser le moins si possible pour qu’il n’y ait pas forcément trop de frais et tout.

Et bien non, j’ai fait tout le contraire et j’ai tout pété.

J’ai vraiment tout pété et mon ami Fred que je salue est venu et il a tout pété, et tout le plâtre, parce qu’on est dans un milieu humide quand même quelque part.

très humide vu qu’on est proche de l’eau, mais on a tout pété, on a tout refait.

Et franchement quand vous pétez tout vous dites aie aie aie.

Justement est-ce que tu peux nous raconter comment ça s’est passé, parce qu’on a bossé ensemble.

Comment ça s’est passé pour ton lancement, est-ce qu’il y a eu un peu de stress ? Comment ça s’est passé ? Quand est-ce que tu as eu les résas ? Comment ça s’est passé ? Tu peux partager un peu.

Complètement, alors comment ça se fait ? Je vais essayer de faire ça en respectant la chronologie.

Je rencontre Mathieu, j’achète sa formation, je la regarde.

Entre temps comme c’est une personne très intéressante, je la suis dans ses aventures.

Et j’ai commencé à faire la formation, et là je me suis dit Waouh, il fallait vraiment que je prenne du temps.

Et j’ai fait ce que j’avais à faire, je me suis acculturé.

Il faut savoir que je jonglais entre l’appart et la formation en sachant que je ne fais pas ce projet tout seul, je le fais avec ma compagne Géraldine à qui appartient ce bien.

Du coup, on s’est acculturé, il y avait de l’excitation, il n’y avait pas de la panique, mais des fois on se dit waouh, ça n’avance pas comme on veut, Mathieu, on commence à appuyer sur les boutons quand ? Il m’a dit calme-toi Slim, chaque chose en son temps, ne t’énerve pas.

Et moi j’étais là, allez allez on y va, il faut faire les photos et tout, calme-toi Slim.

Effectivement, je suis quelqu’un d’assez actif et du coup je l’ai écouté, parce qu’il faut savoir une chose, c’est qu’il faut laisser les choses à chaque expert.

Moi, j’étais expert effectivement dans les montages de société, et j’ai dit à Mathieu bon OK, il n’y pas de souci, moi, je ne sais pas, tu me dis, je suis ton élève, je t’écoute.

Aux doigts et à l’oeil, je l’ai écouté, j’ai suivi ses conseils, on a lancé l’appart mercredi.

Franchement, on l’a fait en live, il me l’a montré, j’étais très impressionné par sa maîtrise en tout cas de ses outils.

Moi, j’étais là, je regardais faire, c’est un fou.

Et je vous assure, on l’a fait mercredi, le soir on clôture l’annonce.

Avant, lundi ou mardi, j’avais fait appel à un photographe professionnel, dans la foulée, on prend les photos, on les masteurise et allez, on met tout ça dans l’annonce, je crée l’annonce, mercredi on lance.

Je me réveille, j’ouvre mon portable et là première résa, le lendemain j’avais une résa.

Panique générale, parce qu’il y avait des choses que je n’avais pas encore finalisé.

Tu ne t’attendais pas à ce que ce soit si rapide.

Franchement, non.

J’avais des détails à terminer à l’appart.

Je me suis réveillé à 5h du matin, parce que je me réveillais tôt.

J’ouvre mon portable, je regarde, je dis c’est bon, j’ai compris, je prends mes clics et mes claques, je vais à l’appart, je termine ce que j’ai à terminer parce que le check-in était à 14h.

Imagine, Géraldine ma compagne, un petit peu plus en stress que moi et là on est venu, on a fait un gros coup de cleaning, on a rendu encore plus propre l’appart, pas de poussière, rien du tout, tout nickel, tout plié, pour vraiment recevoir notre premier client qui était adorable.

Et on a eu un retour très très positif des clients.

Franchement, Mathieu m’a accompagné, je t’en remercierai jamais assez, parce que tu as été très compréhensif, tu as compris mes besoins, tu es très réactif et franchement je le conseille pas tant parce qu’on fait la vidéo aujourd’hui, mais c’est un truc de fou.

C’est un truc de fou parce que ça tombe tout de suite.

J’ai quoi, ça fait 3 jours, j’en suis à plus de 16 résas sur toute l’année.

J’ai une semaine en septembre, une Australienne qui va arriver, elle m’a réservé la semaine.

J’ai une personne qui m’a réservée 10 jours aussi.

Voilà, ça tombe ces jours-ci.

Je suis hyper content, même la pression baisse un petit peu, mais c’est ça qu’on aime dans l’entrepreneuriat, Il y a la théorie et la pratique, la pratique ça n’a rien à avoir.

Le vivre c’est encore mieux.

Franchement, le vivre c’est encore mieux parce que quand ça vous touche ce n’est plus pareil.

Voilà en gros.

Excellent, après on a vu il faut passer à l’action, il ne faut pas se décourager.

Et puis le dernier mot est pour toi.

Tout simplement, je vais utiliser l’adage qu’on a avec mon ami Fred, c’est no excuse, no limit.

C’est surtout le no limit et le no excuse qui prône chez nous parce que nous on le cultive avec Fred.

Et franchement, n’abandonnez jamais, c’est tout ce que je peux vous dire.

Aujourd’hui, il y a beaucoup trop de personnes qui trouvent les choses compliquées, oui ce n’est pas facile.

Mais en fait, si vous voulez vraiment, les choses même si on veut vraiment bien pour commencer à initier l’indépendance financière, rien n’est facile, il faut transpirer.

Franchement, rien n’est facile, il y a tout pour vous décourager, mais quand on l’a, c’est là où on voit la différence qu’il y a des personnes qui vont jusqu’au bout et celles-ci sont déterminées et elles ont ce qu’elles veulent, et les autres qui trouvent ça compliqué, fastidieux, horrible, difficile à supporter, et qui abandonnent en cours de chemin.

Et c’est pour ça que je pense que ceux qui atteignent l’indépendance financière ce sont des personnes qui ont un mindset avec un mental d’acier et surtout accompagné.

Parce qu’il ne faut jamais le faire seul, il faut être accompagné.

Moi, je suis accompagné par Mathieu et j’ai un associé Fred mon ami que je salue, et les projets se concrétisent franchement par des rencontres fantastiques.

Moi j’en ai faites une parce que Mathieu, je l’apprécie, j’ai appris à le connaître.

Bon, c’est un dingue, mais c’est génial, franchement c’est top.

Et quand vous l’avez, il y a de la satisfaction et il y a de l’énergie positive.

Vous voyez, là je suis en train de me préoccuper, de me dire, maintenant ça y est le prochain est quand? OK, excellent, sur ces bonnes paroles on se retrouve à une prochaine sur Superhote.fr, BOOM.

Posez moi votre question

Share This